L’avenir

L’Avenir

Le scandale du « Bureau des reptiles 
Originaire de Saint-Hubert, Marcel-Sylvain Godfroid partage son temps entre Bruxelles et les Cévennes.

 Originaire de Saint-Hubert, Marcel-Sylvain Godfroid partage son temps entre Bruxelles et les Cévennes.

Même s’il partage son existence entre Bruxelles et les Cévennes, Marcel-Sylvain Godfroid est un auteur bien de chez nous puisqu’il est originaire de Saint-Hubert. Ancien journaliste, scénariste et attaché de presse dans un cabinet ministériel, il vient de publier un roman paru aux Éditions Weyrich de Neufchâteau, Le Bureau des reptiles. Titre étonnant à première vue, dont l’auteur explique l’origine.

«Le Fonds des reptiles était le nom que donnaient les journalistes au bureau de presse chargé de faire la propagande de l’État indépendant du Congo et de soudoyer les journalistes au sein de l’administration congolaise, sous l’autorité de Léopold II. J’ai préféré appeler cette officine le Bureau des reptiles pour une question d’euphonie et aussi pour donner un côté thriller à mon roman», nous a-t-il expliqué.

À peine sorti, l’ouvrage a déjà rencontré un écho dans la presse, plus précisément dans le journal Le Soir, sous la plume de la chroniqueuse Colette Braeckman, spécialiste du Congo. Nous ne pouvons d’ailleurs qu’abonder dans son sens quand elle parle ici d’une œuvre magistrale. C’est exactement le terme qui convient et il se justifie d’autant plus que, comme le signale la chroniqueuse – et nous citons ici ses propos –, «Marcel-Sylvain Godfroid, avec ce livre, comble une lacune car peu d’ouvrages de fiction ont été consacrés à cette époque où Léopold II luttait contre l’indifférence des Belges et pour la reconnaissance internationale de l’État indépendant du Congo».

Léo Dover, un journaliste bien sûr

Le personnage principal de l’histoire, Léo Dover, est un jeune journaliste belge qui s’est toujours montré un ardent défenseur du roi Léopold II. Nous sommes à la toute fin du XIXe siècle et il va découvrir la lettre d’une religieuse qui dénonce les atrocités commises au Congo. Dès lors, ses convictions vacillent et il se lance à la recherche de la vérité.

Cette recherche se fera surtout à Bruxelles, dans les salons de la capitale, les coulisses du palais, les salles de rédactions, comme le résume bien Colette Braeckman.

Le Bureau des reptiles se révèle ainsi un roman qui évoque un terrible scandale ayant entaché l’histoire de la Belgique: la persécution des Noirs. Marcel-Sylvain Godfroid a passé des mois à se documenter soigneusement pour écrire son livre. Le résultat est là: il nous plonge dans le monde du journalisme, mais aussi dans l’histoire coloniale au travers d’un ouvrage qui se révèle passionnant dès la première page et dont l’écriture séduit d’emblée le lecteur. À dévorer jusqu’à la fin.

René Danloy

Signalons que l’auteur dédicacera son livre à la librairie Oxygène à Neufchâteau, ce vendredi de 14 à 16 h.

«Le Bureau des reptiles», 540 pages, Éditions Weyrich, collection Plumes du Coq. 21 €

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s